Atelier de travail de la BAD : comment doper la competitivite en Afrique de l’Ouest francophone ?

La Banque africaine de developpement (BAD) a organise, le 23 mars 2016 A� Abidjan, en CAte d’Ivoire, un atelier sur la competitivite en Afrique de l’Ouest francophone. Cet atelier s’est appuye sur les conclusions du Rapport 2015 sur la competitivite en Afrique, qui s’intitule ” Transformer les economies d’Afrique. “. Ce rapport biennal est une publication conjointe de la BAD, du Forum economique mondial, de la Banque mondiale et, depuis 2015, de l’Organisation de cooperation et de developpement economiques (OCDE).

De nombreux participants representant le secteur public, le secteur prive, les partenaires techniques et financiers, la societe civile et des institutions de recherche, issus de chacun des pays francophones de la region (Benin, Burkina Faso, CAte-d’Ivoire, Guinee, Mali, Niger, Senegal, Togo) ont debattu des principales reformes A� mettre en œuvre pour ameliorer la competitivite dans la sous-region. Cette journee de travail a egalement ete l’occasion d’etablir un dialogue avec les partenaires techniques et financiers presents A� l’evenement.

Le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines, Jean-Claude Brou, et le vice-president de la BAD en charge des programmes-pays, des programmes regionaux et des operations, Janvier Kpourou Litse, ont procede ensemble A� l’ouverture officielle de la ceremonie, en presence du ministre ivoirien du Commerce, Jean Louis Billon. ” En Afrique de l’Ouest francophone, la contribution du secteur prive au developpement socio-economique reste en dessous de son potentiel et une analyse approfondie de la trajectoire de developpement de la region souligne le besoin urgent de renforcer et d’accelerer le developpement du secteur prive “n a declare le representant de la BAD. Le ministre Jean-Claude Brou a mis l’accent sur la necessite de poursuivre les reformes entreprises par la CAte d’Ivoire afin de promouvoir l’industrialisation et atteindre l’emergence.

AprAs la session d’ouverture, El-hadj Bah, economiste chercheur principal, a donne un apercu general du rapport, avant de mettre l’accent sur les pays de la sous-region : en depit des nombreuses reformes entreprises dans plusieurs pays de la region pour ameliorer leur climat d’investissement et l’environnement des affaires, la competitivite dans ces pays laisse encore A� desirer. La CAte d’Ivoire, qui a fait un bond spectaculaire de 24 places entre 2014/2015 et 2015/2016, est le pays le mieux classe de la sous-region, occupant le 91e rang mondial. Suivent le Senegal (110e), le Benin (122e), le Mali (127e) et enfin la Guinee, qui occupe la derniAre place du classement, la 140e.

Infrastructures, sante, enseignement primaire et superieur, formation, technologies, taille du marche et innovation sont au nombre des defis les plus serieux auxquels les pays de la sous-region sont confrontes. Une analyse plus detaillee de l’environnement des affaires revAle que, du cAte des entreprises de la sous-region, l’accAs limite au financement, la corruption, le taux d’imposition, la formation inadequate de la main d’ouvre et l’instabilite des politiques publiques leur sont les freins les plus importants.

AprAs la presentation, un premier panel de haut niveau comprenant le ministre Jean-Louis Billon a permis de debattre plus en details des defis ainsi identifies et d’esquisser des solutions pour que les pays de la sous-region puissent pleinement tirer profit des opportunites que recAle le commerce direct et indirect des services. Dans l’aprAs-midi, un deuxiAme panel dedie A� la transformation du secteur agricole a mis en exergue le rAle de ce secteur pour ameliorer la competitivite. Par la suite, des groupes de travail ont ete constitues avec les participants pour se focaliser sur des thAmes precis : rAle du secteur public (institutions, environnement macroeconomique, corruption, taxes) ; rAle du secteur prive (financement de l’economie par les banques et les marches financiers, ouverture technologique, sophistication des entreprises, innovation) ; participation du secteur prive dans le financement des entreprises ; et integration regionale. Les questions de formation, de sante et d’egalite des genres ont ete abordees dans chacune des thematiques envisagees au sein des groupes de travail.

Cet atelier a permis d’esquisser plusieurs recommandations et d’identifier les actions A� mener en priorite pour doper la competitivite des pays de la region.

Source: African Development Bank Group